Raconte-moi à quoi tu joues ? Les MMORPG

MMORP quoi ?

MMORPG est l'appellation raccourcie pour "Massively Multiplayer Online Role Playing Game", que nous traduirons ici par Jeu de rôle en ligne massivement multijoueur.

Nous parlons donc de logiciels qui pour fonctionner nécessitent une connexion à internet, permettent de jouer contre d'autres personnes elles-mêmes connectées derrière leur écran, le tout regroupant une masse importante de joueurs sur ce que l'on appelle des serveurs.

La plupart des jeux actuels, sans forcément être des "MMORPG" intègrent des modes "multijoueurs", rompant ainsi avec les habitudes de jeu contre une intelligence artificielle.

Par conséquent, au-delà du jeu en lui-même, "MMORPG" et modes de jeux "multijoueurs" permettent aux utilisateurs de dialoguer avec les autres au moyen d'applications de "tchat", comme le ferait un logiciel classique de communication.

S'ils sont souvent dits "virtuels",  en raison de l'immersion proposée aux joueurs dans des univers fantastiques, les interactions sociales se rapprochent très largement de celles qui se déroulent dans la vie non-connectée. Ainsi, en se promenant au milieu des autres joueurs, nous pouvons constater scènes d'entraide ou de violences. Même s'il existe officiellement des maîtres du jeu, il n'est pas rare, en raison du nombre de joueurs très important, que la communauté se régule un peu toute seule, proposant le meilleur comme le pire aux utilisateurs.

Les succès de World of Warcraft et de Dofus

La plupart des MMORPG s'appuient sur un principe similaire. Le joueur a pour objectif de faire évoluer son avatar en gagnant de l'expérience à l'aide de quêtes accomplies ou de combats remportés. Chaque avancée rapportera souvent quelques pièces de la monnaie imaginaire du jeu, ainsi que de précieux objets nécessaires à la composition de ce qui constitue le plus souvent l'équipement voir l'armement de l'avatar.

World of Warcraft est le plus connu et le plus populaire de ces MMORPG. Comptant pas moins de 12 millions de comptes à travers le monde, ce jeu propose d'évoluer dans un environnement médiéval-fantastique. Il permet l'accès à un certain nombre de quêtes réalisables seul ou à plusieurs, ainsi que plusieurs zones de jeux "instanciées" (comprenez, ouvertes à un nombre réduit de joueurs, comme votre groupe, des membres de votre guilde, etc…).

Dofus est le second MMORPG le plus populaire dans notre pays. Plus orienté "mangas" dans l'aspect graphique, il propose les mêmes possibilités. Sa grande différence réside dans son système de combat au tour par tour, là au WoW permet de combattre en temps réel.

Contrairement aux jeux "des consoles de salon", l'univers continue d'évoluer durant votre absence, d'autres utilisateurs étant connectés.

Ce sont ces côtés "jeu sans véritable fin" et "continuellement en évolution" qui sont d'ailleurs souvent pointés du doigt lorsque sont évoqués les risques d'addiction dans les jeux en ligne.

Même si l'on ne peut pas nier l'existence d'une utilisation addictive par certains joueurs, la majeure partie des communautés semblent s'être adaptées à ces principes, la course à la première place n'étant plus le principal objectif pour la majeure partie des personnes. Et c'est bien là ce qui constitue le succès de ces jeux. Les liens se créent, les joueurs rejoignent des guildes, véritables organisations de joueurs qui ne laissent parfois que très peu de place au hasard. Chacun a ses contacts, compagnons de jeu, et les retrouvent quasi quotidiennement, parfois brièvement, parfois longuement voir trop longuement.

Ces mêmes organisations possèdent souvent des forums de discussion propres à la guilde. On y échange,  conseille, se présente, planifie des sorties entre membres (dans le jeu comme dans la vie réelle). Les logiciels de discussion vocale sont aussi à l'honneur dans les pratiques de guilde. On se parle de vive voix pour faciliter l'accomplissement de certains objectifs.

Parcourir ces forums permet de constater les efforts réalisés par certains jeunes qui ne sont pas toujours prêts à les fournir dans le cadre scolaire. Pour rentrer dans une guilde à la réputation importante, on dépose souvent une candidature écrite, argumentée, en travaillant style, syntaxe, grammaire et orthographe. L'épreuve est parfois suivie d'un entretien oral via logiciel de communication vocale, où les "dirigeants" de la guilde vérifient la réelle maturité et motivation des candidats.

Que faut-il en penser ?

Chacun se fera son avis. Ce qui est certain, c'est qu'en tentant l'immersion, vous découvrez une fois encore les mêmes avantages et inconvénients que dans la vie réelle. Rien de virtuel ici. Pour s'organiser, accomplir des objectifs, passer un moment agréable de détente, les utilisateurs trient sur le volet leurs compagnons de route. Il est appréciable de constater qu'un adolescent s'entraine à rédiger lettre de motivation et à la retravailler pour se présenter devant une communauté. Mais comme dans la vie non-connectée, chaque organisation accepte et rejette les candidats avec plus ou moins de tact et de finesse.

Sur les forums, vous trouverez des échanges constructifs et respectueux, mais aussi des fils de discussion insultants, non modérés, voir discriminants.

Sur les blogs rédigés par certains joueurs, vous lirez le quotidien des plus mordus. Nous ne pouvons que citer  l'un des plus suivis, le blog d' "Okar Tank ou le journal d'un Nain". Voilà  un rédacteur qui vient tordre le cou des préjugés les plus solides qui nous présentent habituellement des joueurs soi-disant "décérébrés". Dans ses lignes, on navigue entre réflexions, discussions avec ses lecteurs, et parce qu'il est l'exemple même du joueur responsable comme il en existe plus qu'on ne le croit, la plupart de ses articles  parlent bien plus des avantages et des difficultés que l'on éprouve à vivre et jouer en communauté que du jeu en lui-même. Comment être un leader ? Comment satisfaire le plus grand nombre lorsque l'on organise ? Bref, gestion d'un groupe, des relations sociales, du temps, de la complexité humaine etc…

Addictifs, violents, etc… ?

Nous entendons toujours les mêmes mots associés aux MMORPG ou aux jeux-vidéos en règle générale. Mais s'ils ne sont qu'addictifs ou violents, pourquoi réunissent-ils autant de joueurs ?

Jouer ne rend pas accroc. Une utilisation addictive est souvent liée à un contexte plus général. Comme avec l'alcool, le tabac, les drogues en général, la sexualité, le jeu peut devenir un outil addictif, mais un outil employé pour exprimer  autre chose.

Par contre, le jeu doit aujourd'hui lutter contre une image négative dans l'imaginaire des plus âgés. Mais à laisser croître le fossé qui sépare souvent jeunes et moins jeunes sur des questions telles que jeux-vidéos ou nouvelles technologies, nous prenons le risque de réduire les capacités des adultes, à s'intéresser, à comprendre, à accompagner de manière responsable les utilisations,  et peut-être même à être légitimes.

Nous nous permettons d'employer cette notion forte qu'est la légitimité parce que nous rencontrons un grand nombre d'adultes qui se disent "en résistance" contre les nouvelles technologies. "facebook, je ne sais pas à quoi ça ressemble, mais je ne veux pas en entendre parler !"; "Les jeux sont dangereux et abrutissants !"

Ce que nous ne pouvons nier, c'est l'augmentation continue des usagers (notamment chez les 12-25 ans) des nouvelles technologies. Mais comment expliquer, comment rassurer, comment être adulte au sens d'un accompagnant responsable si l'on ne comprend plus, si l'on choisit de vivre en dehors des modes de communication qui deviennent dominants, si devant chaque adolescent, on se sent continuellement dépassé(e) par une maitrise technique plus poussée, plus rapide, plus intuitive ?

Oui chacun a le droit de ne pas être en accord avec les politiques marketing actuelles qui vous obligerez presque à vous équiper, voir à vous suréquiper. Oui le rôle de l'adulte n'est pas nécessairement de mieux maitriser techniquement. Oui nous avons le droit de ne pas savoir et au même titre de ne pas savoir-faire. Mais oui, donner du sens et accompagner ne peut se faire sans s'intéresser, sans tenter de comprendre un minimum, sans essayer.

Si chaque adulte n'est pas dans l'obligation de devenir joueur parce que parent d'un ado joueur, rien n'empêche de s'asseoir une heure avec lui, et de témoigner un peu d'intérêt pour sa passion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.